Elagage Somain

  • L'entreprise Dupriez Elagage tavaille dans la ville de Somain et ses alentours.

    Voici quelques chantiers et petites informations concernant l'actualité des arbres sur Somain et de ses alentours

    Abattage d'une cépée d'Acacia en pleins centre ville de Somain.



    élagage à Somain

    Abattage par rétention d'une cépée d'accia dont la base du tronc étaient complétement creux, ces arbres étaient au dessus d'une clôture et menacés de tomber sur la maison du voisin.

    Chaque branche à due être attachée pour éviter de faire des dégats lors de son impact au sol, les plus gros troncs ont dus être évacués par notre petit camion benne ainsi que les copeaux. La cliente désirée garder les plus petits morceaux de bois coupés en 50 cm, les souches n'ont pas été dessouchées elles se dégraderont avec le temps.

  • Entre Somain et Marchiennes, lors de l'élagage des arbres, une nacelle se retourne.



    élagage des arbres le long de la départementale de Somain

    Une simple erreur de pilotage. Rien de plus. Ce jeudi après-midi, vers 14 heures, le conducteur d’une nacelle télescopique mobile a perdu le contrôle de son engin au cours d’une manœuvre au bord de la D 957, entre Somain et Marchiennes. Le long de cette départementale à deux voies, le Département effectue actuellement des travaux d’élagage sur les deux rangées de platanes qui bordent cet axe routier très fréquenté du Douaisis.

    L’accident a eu lieu alors que l’un des employés chargé du pilotage de la nacelle mobile engageait l’engin sur la voie d’accès au château d’eau qui alimente Somain. La nacelle, sur laquelle se trouvent les commandes, était abaissée, c’est-à-dire que l’outil était plus long que haut quand la tourelle (qui abrite le moteur) a heurté un panneau. Pour éviter de le heurter une seconde fois avec la nacelle cette fois, le pilote s’est concentré sur le passage de la nacelle et n’a pas vu que la tourelle, située au moins à quatre mètres, s’engageait tout droit dans un fossé au fond duquel coule le courant des Rouissoirs. « Je l’ai vue glisser trop tard », témoigne l’employé.

    En versant dans le fossé, la nacelle mobile s’est retrouvée à la verticale, l’employé à quatre mètres de hauteur. Les sapeurs-pompiers de Somain ont été alertés mais l’homme a pu descendre sans encombre de la nacelle avec l’aide de ses collègues. Il est indemne, juste quitte pour une belle frayeur.